• (+84) 243 201 02 61
  • info@capannam.com
  • Hanoi / Vietnam

Ha Noi, Top 10 sites à visiter

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Sommaire

Quand on parle du Vietnam, deux villes célèbres sont citées : Saigon (Ho Chi Minh Ville) et Hanoï. La première est connue pour ses activités économiques dynamiques et la deuxième, pour son histoire séculaire. Hanoi mérite le détour…Nous proposons ci-après le top 10 des sites à visiter dans cette charmante ville.

1. La Vieille Ville :

Connue pour ses 36 corporations ou 36 guildes, la Vieille Ville était le centre commercial situé hors de la citadelle « Thăng Long ». Dans cette zone, la plupart des rues ou des quartiers sont baptisés du nom des marchandises qui s’y vendaient. Par exemple, auparavant, les chaussures ne se vendaient que dans la rue « Hàng Giày » (Boutique de chaussures), les chapeaux coniques ne se vendaient que dans la rue « Hàng Nón » (Boutique de chapeaux coniques), etc. Voici d’autres précisions sur ce quartier :

« Hàng Gai » – Rue de la Soie
« Rue de la soie » est le nom donné par les Français à l’époque coloniale. Effectivement, dans cette petite rue, une dizaine de boutiques de vêtements, de textiles, sont ouvertes aux visiteurs.

« Hàng Mã » – Boutique des Objets Votifs
Certainement le quartier le plus coloré de la Vieille Ville, où se vendent des objets votifs pour les cérémonies. De nos jours, on peut y voir des jouets pour les enfants pendant les fêtes de Noël et d’Halloween.

« Hàng Thiếc » – Boutique de l’Étain : Autrement dit le quartier de la ferronnerie. Ici, on vend en fait des produits en métal, des cuillères, des casseroles, etc.

« Hàng Đường » – Boutique de Sucre : Vous êtes un amateur d’aliments sucrés ? Vous voudriez déguster des petits gâteaux traditionnels ? Ou bien, acheter quelques boites de « Ô mai » (fruits confits) à grignoter pendant le voyage ? Voici un excellent endroit où vous rendre.

Attention ! Il est primordial de demander aux réceptionnistes de votre hôtel une carte de la ville, ou mieux, de vous doter un GPS si vous ne voulez pas vous perdre, car la vieille ville est considérée comme un vrai labyrinthe.

2. Le lac « Hoan Kiem » et le temple « Ngoc Son »

Le lac « Hoàn Kiếm » – Lac de l’épée restituée.
Pas loin de la Rue de la Soie, le lac Hoàn Kiếm (l’Épée restituée) est considéré comme le cœur de la ville millénaire. Les rives du lac sont particulièrement fréquentées par les habitants le week-end. Les promeneurs s’y retrouvent à toute heure, du matin au soir, car le lac est bordé d’une allée verdoyante très agréable.
Selon la légende, le nom « Hoàn Kiếm » a été attribué par le roi Lê Lợi au XVe siècle. Après avoir gagné la bataille contre la Chine grâce à une épée offerte par le “Génie tortue”, Lê Lợi a rendu l’épée à cette dernière. Et c’est sur ce lac que s’est passé cet événement légendaire.
Le temple « Ngoc Son »
En prenant une passerelle en bois rouge laquée qui s’appelle The Huc (signifiant « le pont où repose le soleil levant »), vous allez voir une autre couleur rouge, cette fois, d’un temple : Ngoc Son (signifiant le temple de la montagne de jade) avec la cour donnant sur le lac Hoan Kiem. Il est séparé en deux espaces différents: des salles de culte dédiées aux génies taoïstes et à l’un des généraux les plus connus dans l’histoire du Vietnam : Trần Hưng Đạo. Grâce à son talent, on a gagné les batailles contre les Mongols. Puis une salle dédiée à la tortue abordée dans la légende, où l’on voit deux tortues embaumées qui servent à vénérer l’aide apportée au roi Lê Lợi.
D’après les Hanoïens, le génie taoïste dans la principale salle de culte représente le gestionnaire de l’étude de la littérature. Afin de renforcer ce concept, on a construit, hors du temple, sur un petit terre-plein de pierre, un obélisque coiffé d’une couverture en forme de pinceau appellé Thap But (la tour du pinceau) en vietnamien. C’est un rappel de l’usage du pinceau par les étudiants et des mandarins avant l’époque coloniale. Cela symbolise la persévérance.

La couleur verte paisante du lac, le rouge vif du temple, la légende et l’ambiance chaleureuse, animée, autour du lac nous font peut-être oublier un autre événement historique. Depuis la guerre contre les États-Unis, un bombardier B52 repose au fond du lac. À cause de ce dernier, les pêcheurs de ce temps, ne voyaient plus aucun oiseau migrateur près du lac. Les corps et l’épave du bombardier a été partiellement récupérés par le gouvernement américain,

3. La cathédrale Saint-Joseph ( Nhà Thờ Lớn Hà Nội )

Dans la rue « Nhà Chung », cet édifice fut initialement bâti en bois. Entre 1884 et 1888, l’archevêque mit en place la reconstruction de l’église en brique pour un coût d’environ 200 000 francs. À cette époque, l’évêque a demandé au protectorat français l’autorisation de créer une loterie pour faire récolter des dons. Après deux refus, il a finalement pu lancer deux loteries (une en 1883 et la seconde en 1886), collectant environ 30 000 francs français. Enfin, en 1886, il a eu la somme d’argent demandée pour achever la reconstruction en 1888.

À l’origine, cette église s’appelait l’église Saint Joseph car en 1678, le pape Innocent XI déclara Saint Joseph (père adoptif de Jésus) saint patron du Vietnam et de l’Indochine. Par conséquent, la plus grande cathédrale de Hanoï a été baptisée « Cathédrale Saint-Joseph ». La cérémonie d’ouverture a eu lieu la veille de Noël de l’année 1887.

L’architecture de l’église s’inspire du style gothique européen médiéval, de la cathédrale Notre-Dame de Paris avec ses arcs incurvés. Les principaux matériaux de construction de l’église sont des briques en terre cuite et des murs en plâtre.

La cathédrale de Hanoï représente l’un des centres des activités catholiques à Hanoi et ses environs. Au quotidien, l’église propose deux messes, le dimanche 7 messes. En outre, l’église accueille également la procession de l’archidiocèse de Hanoï le 19 mars de chaque année.
En tout cas, elle est l’un des monuments typiques de l’architecture religieuse de la ville millénaire.

4. Le marché « Đồng Xuân ».

Le marché Đồng Xuân (vietnamien: Chợ Đồng Xuân) se situe dans la Vieille Ville. Construit à l’origine par l’administration française en 1889, le marché Đồng Xuân a été rénové plusieurs fois, dernièrement en 1994 après un incendie qui a presque détruit l’édifice. De nos jours, Đồng Xuân est le plus grand marché couvert de Hanoi. Les grossistes y vendent de tout, des vêtements, des articles ménagers ou encore des denrées alimentaires.

À la fin du 19ème siècle, la Vieille Ville d’Hanoï avait deux marchés principaux, l’un dans la rue Hang Duong et l’autre dans la rue Hang Ma. En 1889, ces deux marchés ont été fermés et remplacés par le marché Đồng Xuân d’origine. Il a été construit sur ordre de l’administration française en 1889 comme l’une des principales nouvelles architectures de Hanoi, avec le pont Long Biên, situé à proximité et achevé en 1902.

Le marché a été construit dans le vieux quartier de Hanoi, à seulement 600 m au nord du lac Hoàn Kiếm. La surface couverte du marché était d’environ 6 500 m² avec une grande toiture en tôle ondulée galvanisée fournie par l’entrepreneur français Poinsard Veyret. La caractéristique la plus reconnaissable du marché était l’entrée à 5 arches correspondant aux cinq dômes du marché Dong Xuan, chaque dôme mesurait 19 m de hauteur et 25 m de largeur. Lorsque la première guerre d’Indochine a éclaté à Hanoï au début de 1947, une lutte acharnée entre Việt Minh et forces françaises a eu lieu dans la zone du marché le 14 février. Pour commémorer l’événement, un mémorial a été érigé près de la porte principale du marché en 2005.

Outre les activités commerciales, le marché Đồng Xuân est également une destination fréquente des touristes lors de leur visite à Hanoi. Ils peuvent y trouver des cadeaux ou des souvenirs pour eux-mêmes, leur famille ou leurs amis.
Attention ! Avez-vous regardé le film « Thi Mai. Rumbo a Vietnam » ? Ce film narre l’aventure de trois Espagnoles au Vietnam. Il y a une situation très drôle : les 3 dames cherchent à dire au chauffeur de taxi qu’elles veulent aller au marché « Đồng Xuân » en lui montrant le nom de ce dernier, mais elles oublient le mot « Xuân » et ne disent que « đồng ». Elles sont finalement déposées dans une rizière car le mot « Đồng » signifie « champ » ou « rizière ». Si vous ne voulez pas vous retrouver dans la même situation, il vaut mieux montrer aux habitants le nom complet du marché !

5. La pagode de la Défense de la Patrie – « Trấn Quốc »

Elle se trouve dans l’un des endroits les plus paisibles de la capitale animée, sur le lac de l’Ouest. La pagode Trấn Quốc (« la défense de la patrie ») est l’un des monuments religieux les plus anciens du pays. Elle est considérée comme le centre du bouddhisme de Thang Long (l’ancien nom de Hanoi) dans la Dynastie des Lý et celle des Trần. Elle reste toujours le lieu sacré des croyants bouddhistes, des visiteurs vietnamiens et des étrangers.

Au début, la pagode est construite, sous le règne du roi Lý Nam Đế, sur la rive du Fleuve Rouge. Mais elle était instable, présentant un grand danger pour la pagode et les pèlerins. Alors, le gouvernement l’a fait déplacer sur l’île Kim Ngu, sur le lac de l’Ouest comme aujourd’hui.
Outre les salles de culte très typiques des pagodes asiatiques, on peut trouver dans cet ensemble un petit jardin où s’élèvent des tours. Celle au milieu du jardin est la plus haute (15 mètres), composée de 11 étages, dont chacun à porte cintrée renferme une statue blanche du Bouddha Amitabha ( prononcé en vietnamien : Nam Mo A-di-đà Phat ).

6. Le musée d’ethnographie

Au Vietnam, on compte 54 groupes ethniques officiellement reconnus. C’est au musée d’ethnographie du Vietnam que les visiteurs pourront découvrir la richesse culturelle de notre pays. Ce site culturel de Hanoi se trouve sur un terrain d’environ 13 200 m2 ! Il a été conçu par l’architecte vietnamien Hà Đức Linh, membre de l’ethnie Tày, et son ameublement, par l’architecte française Véronique Dollfus.

En entrant dans le musée, on admirera l’exposition exceptionnelle des pièces de collection classées selon leur origine ethnique : des instruments musicaux, des objets rituels pour les funérailles, les mariages, etc. Avec 15 000 objets, 40 000 films, 373 vidéos, un bon moyen d’acquérir beaucoup de connaissances sur la mosaïque culturelle du Vietnam.

Derrière le bâtiment d’exposition, un grand jardin permet aux visiteurs de mieux comprendre la vie quotidienne des Vietnamiens à travers les habitations traditionnelles des ethnies différentes. Certaines ont été fabriquées sur place par les habitants, d’autres ont été démontées dans leur zone d’origine puis remontées ici.

7. Le musée des femmes vietnamiennes

Un autre joli musée est situé dans l’ancien quartier français, rue Ly Thuong Kiet, près du lac Hoan Kiem et de la vieille ville, où il y a encore beaucoup de maisons de style colonial. Le musée a été inauguré en 1995, puis fermé entre 2006 et 2010 pour sa rénovation financée par le gouvernement du Vietnam, l’Union des femmes vietnamiennes, et la Fondation Ford.

Il est ouvert de nouveau en 2010 avec une architecture contemporaine et des équipements modernes nous permettant de découvrir la vie quotidienne des femmes vietnamiennes, le rôle qu’elles jouent dans l’histoire, dans la vie moderne, et leurs enjeux dans la société. Les missions du musée sont également d’améliorer les connaissances du public et sa compréhension de l’héritage culturel en organisant des expositions, selon un point de vue historique et anthropologique. 

On y aborde les différentes problématiques rencontrées par les femmes à la fois par le passé et de nos jours. Un moyen de créer un dialogue au sein de la communauté afin de contribuer à promouvoir l’égalité homme-femme.
C’est à travers 28 000 objets classés par type (textile, métal, bois, céramique, etc.) collectés par l’Union, que l’on peut mieux apprendre l’histoire des femmes vietnamiennes.

8. Le temple de la littérature

Il s’agit de la première université du Vietnam. Sa première partie dédiée au culte de Confucius, a été édifiée en 1070 par le roi de la dynastie des Ly, Lý Thánh Tông, à l’époque où Hanoi s’appelait Thang Long. Cinq ans plus tard, le roi s’est résolu à faire édifier la deuxième partie- « Quốc Tử Giám » servant de lieu d’enseignement, au départ, aux fils de sang royal, ceux des mandarins.
L’architecture du temple est typiquement vietnamienne. Elle est régie par le nombre « 5 » qui régit les esprits du pays. Par exemple : la théorie des 5 éléments fondamentaux, les 5 classes sociales traditionnelles, etc. Le temple de la littérature est effectivement divisé en 5 cours, et dans la salle de culte de la quatrième, se trouve 5 statues de Confucius, le philosophe le plus connu de l’Asie, et de ses 4 successeurs (y compris Mencius).

Ensuite, à l’intérieur des bâtiments au toit courbé évoquant des vagues et des bateaux d’une ville près du fleuve, les meubles sont bien décorés d’animaux sacrés. Notamment la tortue qui représente la longévité (dans la troisième cour, on trouve aussi des tortue en pierre portant les stèles de Docteurs), le flamant qui représente le ciel, le dragon (sur des portes laquées, sur les toits,…) symbolisant le pouvoir.

Sous le protectorat français, le temple est inscrit aux Monuments historiques en 1906 et a été plusieurs fois restauré. La première fois, entre 1920 et 1947 grâce aux travaux de l’École française de l’Extrême-Orient. La deuxième, en 1956, après le dommage causé par la guerre d’Indochine, et enfin, la dernière restauration a été effectuée en 2000.

Comme le Temple de la Littérature est considéré comme la première université du Vietnam, chaque année, une centaine d’élèves y viennent afin de faire le culte pour le fondateur du confucianisme, la philosophie asiatique d’origine chinoise, qui favorise les études de l’être humain. Ainsi, espèrent-ils pouvoir passer les concours nationaux ou simplement progresser au mieux dans leurs études.

Architecture originale, influencée par la philosophie, et valeur historique, confèrent à ce temple un attrait particulier. C’est indéniablement un site extraordinaire de la capitale.

Possibilité de voir un spectacle musical traditionnel dans la salle d’exposition de la 5e cour.

9. La citadelle « Thăng Long »

Afin d’apprendre l’histoire entière du Vietnam, on se rend au musée de l’histoire vietnamienne. Mais si l’on souhaite cibler l’histoire de la capitale, rendez-vous à la citadelle Thang Long. En se basant sur les vestiges de la cité qui avait été construite au VIIe siècle sur des terrains drainés du Fleuve Rouge, le roi Lý Thái Tổ a fait édifier une nouvelle juste après la fondation de la capitale Thang Long- Hanoi.

L’histoire de la citadelle Thang Long s’étend sur plus de 10 siècles à travers les règnes de la dynasties des Lý (1010 – 1225), des Trần (1225- 1413) et des Lê (1428 – 1789 ). Son vaste ensemble comprend non seulement des bâtiments à l’architecture originale (combinaison entre l’influence chinoise et de cham) mais aussi d’autres vestiges enfouis. Selon les experts, la position centrale de la cité était l’endroit où avaient lieu les rites, les cérémonies les plus importants du pays. Il ne s’agissait pas que d’un centre politique, mais encore culturel et économique. Pendant la guerre du Vietnam (1967), l’Armée populaire vietnamienne a construit une maison et un bunker à l’intérieur de la citadelle pour servir de quartier général, dont une partie souterraine accessible par escalier protégeait des salles des bombardements des américains.

Aujourd’hui, les passionnés d’histoire y viennent souvent pour découvrir et comprendre la mémoire commune des Hanoïens, grâce aux objets collectés, aux fouilles archéologiques. Pour en savoir plus, lisez « L’histoire de Hanoi » écrit par Philippe Papin, historien français, ancien directeur de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) à Hanoi. Il occupe la chaire « Histoire et sociétés du Viêt Nam classique » à l’École pratique des Hautes Études à Paris. En lisant son œuvre, on a l’impression que l’auteur comprend mieux Hanoi que les Hanoïens !

10. L’ensemble des monuments dédiés à Ho Chi Minh

En face du siège de l’Assemblée Nationale du Vietnam, se trouve la place Ba Đình, où le fondateur de la République démocratique du Vietnam a déclaré l’indépendance du pays. Hồ Chí Minh paraît sans doute la personnalité des controverses, pourtant le quartier où il y a ses vestiges reste une attraction touristique.

D’abord, son mausolée, dont la construction s’inspire de celui de Lénine sur la place Rouge à Moscou a débuté en 1973, été inauguré le 29 août 1975. Les matériaux utilisés sont du granite gris, noir, rouge ainsi que de la pierre polie. Le site est protégé par une garde d’honneur militaire. L’intérieur du mausolée est réfrigéré pour la préservation le corps de Ho Chi Minh. Il est possible d’y entrer pour le voir, en général, tous les jours de 9 heures à midi ( il est interdit de prendre des photos, de filmer).

Ensuite, on verra une allée de manguiers qui conduit à la maison sur pilotis de Ho Chi Minh, également dite « Nha san Bac Ho », dans laquelle il a vécu et travaillé de 1958 à 1968. Sa beauté modeste contraste avec la fioriture stuquée du palais voisin, le Palais Présidentiel. Pourquoi une maison sur pilotis ? D’après le PCV (parti communiste du Vietnam), avant l’indépendance, il a dû se cacher dans des grottes de la région montagneuse, parfois vivre avec des habitants locaux dans ce genre d’habitation locale. Il a donc fait construire une maison sobre.
Voilà, notre top 10 des sites à visiter à Hanoi, la capitale du Vietnam pour votre voyage au Vietnam avec l’agence Locale. Ajoutez à la liste dans la boîte commentaire. Bon voyage !

2 réponses sur “Ha Noi, Top 10 sites à visiter”

  1. Parmi les incontournables a visiter : Le temple de la litterature pour les constructions en bois et les jardins, les temples du lac Hoan Ki?m dans la Vieille Ville et puis les musees exceptionnels dans le Top 3 plus haut. L Opera d Hanoi sur le modele de l opera Garnier n est pas ce qui a de plus depaysant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp On discute ?