L’année du cochon au Vietnam.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Tantôt mal famé, tantôt loué, le cochon est un animal qui jouit d’une réputation bien fluctuante selon les cultures! Au Vietnam, il va prochainement entrer en période de gloire : les festivités du Nouvel An lunaire approchent à grand pas et nous entrerons dans l’année du cochon. Quelles sont les incidences pour les Vietnamiens ?

Fêtons le Têt!

L’association d’une année et d’un animal provient d’une tradition chinoise séculaire, importée au Vietnam il y a fort longtemps. C’est en effet le calendrier lunaire chinois qui règle l’alternance des 12 animaux correspondant chacun à un signe astrologique ! Ce découpage en cycles de 12 ans fait partie intégrante de la culture vietnamienne à présent, et les traditions autour du Têt Nguyên Dán (littéralement fête du premier jour de l’année) sont riches et originales, vues d’un œil extérieur !

Selon notre calendrier, vous pourrez venir célébrer le Têt les 8 et 9 février 2019. Quelques jours avant, une multitude de personnes rejoignent leur pays natal, gares et routes sont prises d’assaut pour permettre à chacun de rejoindre sa famille. Les festivités s’étendent sur plusieurs jours !

Difficile de vous présenter tous les rituels liés à ce nouvel an, mais on considère que la manière dont il se déroule influencera tout le reste de l’année. Les jours précédents, on se rassemble pour cuire le Banh Chung, gâteau de riz salé, fourré à la viande et au haricot, entouré dans une feuille de bananier. Un des aliments emblématiques du Têt que l’on aime servir et offrir ! Les enfants vont et viennent pour souhaiter leurs meilleurs vœux aux anciens, ils reçoivent alors des étrennes. Pratiquez-vous aussi ce rituel dans votre pays ?

On veille aussi à ce qu’il règne une ambiance positive, joyeuse, dans l’altruisme et le partage. Les familles organisent de grands repas et invitent chacune leur tour des personnes chères, en espérant que parmi les premiers invités, se trouveront des proches incarnant la réussite, l’espoir, et que cela leur portera bonheur pour la nouvelle année !

2019 : année du cochon

Si le cochon ne jouit pas toujours d’une belle réputation en Occident, ce n’est pas le cas lorsqu’on regarde de plus près les caractéristiques d’une année du cochon en Asie.

Nous entrerons bientôt dans l’année du cochon de terre, le dernier signe du cycle de 12 ans. Le cochon implique une année placée sous le signe des festivités, avec comme revers de la médaille, une invitation à ne pas trop se laisser aller à l’amusement…Les Vietnamiens sont invités à se détendre mais aussi à éviter décisions prises avec légèreté.

Tout laisse présager que les Vietnamiens peuvent envisager l’année 2019 avec bonheur, sous la protection du cochon, à condition de rester vigilant car le bonheur pourra être éphémère si l’on se montre trop insouciant !

Comme le cycle des 12 années s’achève au terme de l’année du cochon, on prendra un soin particulier à faire le bilan de cette période, de ses accomplissements comme de ses échecs, pour repartir sur de bonnes bases en 2020, année du rat de métal !

On prête de belles qualités au cochon : tout d’abord, c’est un animal perçu comme joyeux, vif. Lorsque vous vous promènerez dans les campagnes vietnamiennes, vous découvrirez une espèce endémique, le porc noir du Vietnam, qui se distingue par sa petite taille et sa couleur, il est particulièrement mignon ! Si, si, je vous l’assure ! Il se ballade assez librement et est toujours affairé. Cette énergie, son côté malin dès qu’il s’agit de trouver à manger, toujours entouré des siens. Enfin, c’est un animal résistant et robuste sur le plan de la santé. Voilà les qualités qu’on lui prête !

Alors « chuc mung nam moï », comme on dit au Vietnam ! Très bonne année à tous !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

WhatsApp On discute ?