Vietnam: Les ethnies minoritaires du Nord

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez, lors de votre séjour au Vietnam, une mosaïque de peuples et leur histoire

Une légende raconte…

Une légende raconte l’origine des 54 ethnies peuplant le Vietnam. Si vous êtes sage, demandez à un guide d’une agence de voyage du Vietnam de vous la raconter, il se fera un plaisir de vous la conter avec le décor qui va bien…Mais permettez-moi de vous la résumer ici :
Il y a très longtemps, un mariage unit Lạc Long Quân un roi d’origine dragon et roi de la mer de l’Est, avec une fée princesse, Âu Cơ, fille du roi Đế Lai. Cette union fut fertile : 100 œufs éclorent et 100 fils virent le jour.
Tout irait bien si les deux parents n’avaient pas un milieu de vie de prédilection si opposé. Le roi-dragon aimait vivre dans la mer, son épouse la fée aimait vivre dans la montagne, dans les airs. Ils décidèrent donc de se séparer et chacun emporta 50 enfants avec lui.
Alors, le roi dragon se dirigea vers la mer avec ses cinquante enfants, les futurs membres de l’ethnie Kinh. La fée se dirigea vers les montagnes, avec ses cinquante enfants : les futurs membres des ethnies minoritaires. Tous les enfants s’entendaient parfaitement bien.

Origine réelle des ethnies du Vietnam.

L’ethnie majoritaire des Kinh a pour foyer le Van Lang, puis s’étend progressivement au fil des siècles. On les appelle aussi les Viet. L’Empire chinois occupe leurs territoires puis en 221 av. JC, un général chinois se proclame roi de ces terres Kinh, entre le Nord Vietnam et au-dessus, une partie du Sud Chinois. La Chine reprend le pouvoir pendant un millénaire sur le futur Vietnam, qui s’appelle alors Annam, « le sud pacifié », nom que les Français utiliseront longtemps. Aujourd’hui, on estime à 82% les Kinh au Vietnam.

Les autres ethnies minoritaires se situent dans les montagnes du Nord et les hauts-plateaux du Centre. Elles sont d’origines variées, les cultures divergent les unes des autres. Les groupes ethniques minoritaires les plus connus sont les Hmongs, les Daos et les Tays, mais vous aurez l’occasion d’en rencontrer d’autres dans le cadre d’un voyage au Vietnam. Pensez à signaler à votre agence de voyage vietnamienne votre intérêt pour ces peuples atypiques !
Dans les hauts-plateaux du Centre, les minorités sont des descendants de la civilisation Cham dont il reste encore des vestiges. La zone est isolée et assez rarement visitée par les touristes, les deux principales ethnies sont les Bahnars et les Ede, elles ont une culture qui leur est propre.
Dans le Nord, on recense trois grands groupes, eux-mêmes composés de sous-groupes, dont les membres sont répartis au-delà du Vietnam : près de 600 000 Mhongs, des agriculteurs et éleveurs qui sont visibles dans les marchés de Sapa. Les Daos présentent ces mêmes caractéristiques, ils sont aussi présent dans les zones limitrophes du Vietnam, jusqu’en Thaïlande et Birmanie. En zone moins montagneuse, dans les vallées, on trouve des populations tai, qui cultivent le riz. Elles s’installent près des rivières descendant des montagnes pour irriguer leurs cultures.
Dans le Nord toujours, il existe une myriade de groupes formés de moins d’une centaine d’individus, ils sont plus secrets, moins sûrement pour les Lolos qui ont été présentés dans l’émission « Voyage en terre inconnue », leur rencontre se mérite : des kilomètres dans les zones de montagnes difficilement accessibles pour arriver chez les Latis, les Hanis, les Xa Mang…
Par ailleurs, on distingue ces peuples par l’altitude à laquelle ils vivent : cela conditionne leur mode de vie. Leur langage permet aussi de comprendre leur origine. Pour faire bref, les ethnies parlant une variante de Tai vivent assez bas (moins de 600m), comme les Muong, et cultivent le riz en inondant les parcelles et peuvent donc se sédentariser: les Tai, les Caolan, les Nung…
Les groupes parlant une langue d’origine du Tibet ou de la Birmanie, vivent entre 600 et 900m d’altitude : les Lolos, les Xaphos, les Hunis…Et sont contraints de pratiquer une culture sur brûlis pour subsister, et de déplacer leur habitat pour cela.
Il existe des groupes miao-yao plus en altitude, jusqu’à 1500 m. L’ethnie Meo de ce groupe a la particularité de pratiquer le chamanisme. Les autres ethnies pratiquent le culte des ancêtres et des génies.
Chaque ethnie adopte un fonctionnement social particulier : proche d’un système villageois, ou d’un système féodal, ou d’une chefferie comme dans certains territoires d’outre-mer.
La question de l’origine historique de ces ethnies vietnamiennes est traitée par les ethnologues, les derniers résultats tendent à prouver une origine tibétaine, indonésienne. Au cours de la préhistoire, des populations auraient migré vers le Sud de la Chine jusque dans la péninsule de l’Indochine. Un mélange avec des populations mélanésiennes, indonésiennes forma la race austro-asiatique, qui se divisa en différents peuples, installés au Nord Vietnam et parlant des langues de ce groupe humain : Muong, Thai, Meo-Dao…Les populations indonésiennes installées dans le Centre du Vietnam ont donné naissance aux ethnies chams, edehs, bahnars.
Parmi toutes ces ethnies, certaines sont arrivées au Vietnam ultérieurement, entre les 7ème et 17ème siècles. Un dur labeur de retracer ces mouvements de population ! Il faut prendre beaucoup de raccourcis pour résumer leur histoire. Si ce sujet vous intéresse, ne faites pas l’impasse sur les services d’un guide local lors de votre séjour au Vietnam, il y a tant de choses à dire sur ces peuples, leur culture, leur mode de vie ! Certaines agences de voyage au Vietnam vous proposent des circuits pour partir à la découverte des ethnies, et même de séjourner dans leur village pour vivre une véritable rencontre sur un principe d’éco-tourisme et tourisme solidaire.

A bientôt au Vietnam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp On discute ?