• (+84) 243 201 02 61
  • info@capannam.com
  • Hanoi / Vietnam

Le Sanctuaire de My Son

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le sanctuaire de My Son – Valeur universelle exceptionnelle

Le sanctuaire hindou de My Son, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, est un excellent échantillon de l’ancienne civilisation Champa située dans la partie sud du Vietnam. C’était un État indépendant du IIe au XVIIe siècle, époque à laquelle il était occupé par le Vietnam.

my-son-patrimoine-mondial-vietnamien
sanctuaire my son

Brève synthèse

Du IVe au XIIIe siècle, le littoral du Viet Nam contemporain fut le berceau d’une culture remarquable, d’inspiration spirituelle indienne hindoue. On en trouve l’expression concrète dans les ruines d’une série de tours-sanctuaires impressionnantes dans ce qui fut, pendant quasiment toute son existence, le site spectaculaire de la capitale religieuse et politique du royaume de Champa.

Le sanctuaire de My Son s’est développé du 4e au 13e siècle de notre ère. Ses édifices s’élèvent dans la région montagneuse du district de Duy Xuyen de la province de Quang Nam au Centre Viet Nam. Le sanctuaire est situé dans un cirque élevé, entouré d’une chaîne de montagnes formant le bassin-versant du fleuve sacré de Thu Bon. C’est là que celui-ci trouve sa source et que, jaillissant du cirque, il suit son cours à proximité des monuments et baigne le centre historique du royaume cham pour se jeter dans la mer de Chine orientale. A l’embouchure du fleuve se trouve l’ancienne ville portuaire de Hoi An. Cet emplacement confère au sanctuaire une importance stratégique puisque c’était une place forte facile à défendre.

Les tours-sanctuaires ont été construites sur dix siècles de développement continu dans ce qui constituait le cœur de la patrie ancestrale du clan règnant des Dua qui ont unifié les clans chams et établi le royaume de Champapura (cité du peuple cham en sanskrit) en 192. Du 4e au 13e siècle, cette culture unique sur le littoral du Viet Nam actuel, a été tributaire spirituel de l’hindouisme du sous-continent indien. Sous cette influence, de nombreux temples ont été construits, dédiés à des divinités hindoues telles que Krishna et Vishnou, mais par-dessus tout, Shiva. Bien que le bouddhisme mahayana ait pénétré la culture cham, probablement à partir du 4e siècle, et se soit établi fermement dans le nord du royaume, l’hindouisme shivaïte est demeuré la religion établie d’état.

Les monuments du sanctuaire de My Son sont les constructions les plus importantes de la civilisation de My Son. Les tours-sanctuaires présentent une variété de dessins architecturaux symbolisant la grandeur et la pureté du Mont Méru, la montagne sacrée mythique, berceau des dieux hindous au centre de l’univers, à présent reproduite symboliquement sur terre dans la patrie montagneuse du peuple cham. Les temples sont construits en brique cuit et en piliers de pierre décorés de bas-reliefs en grès représentant des scènes de la mythologie hindoue. Leur caractère sophistiqué en matière de technologie témoigne des compétences chams en génie, alors que l’iconographie et le symbolisme élaborés des tours-sanctuaires jettent de la lumière sur le contenu et l’évolution de la pensée religieuse et politique cham.

Le sanctuaire de My Son est un ensemble architectural remarquable qui s’est développé sur dix siècles. Il évoque de manière lumineuse la vie spirituelle et politique d’une étape importante de l’histoire de l’Asie du Sud-Est.

Les monuments sont uniques et sans pareil en Asie du Sud-Est.

Critère (ii): Le sanctuaire de My Son est un exemple exceptionnel d’échange culturel où une société autochtone s’adapte à des influences culturelles externes, notamment l’art et l’architecture hindous du sous-continent indien.

Critère (iii): Le royaume cham a été un phénomène important de l’histoire politique et culturelle de l’Asie du Sud-Est, brillamment illustrée par les ruines de My Son.

Source: Unesco

sanctuaire de my son vietnam
Le sanctuaire de My son, Quang Nam

Les impressionnantes ruines sur le thème hindou présentent de nombreuses belles sculptures en pierre, des temples et des tours dans un environnement de jungle tropicale.
My Son était également un centre politique et un cimetière royal et le complexe se compose de plus de 70 structures consacrées aux dieux et déesses hindous et la plus notable, Shiva, était considérée comme la protectrice des rois de Champa. Leur utilisation habile des briques rouges et du grès est remarquable.

Comme de nombreux sites historiques à travers le monde, My Son a été détruit par le temps et les guerres et après avoir longtemps été négligé, il a été redécouvert et rénové par les Français en 1898. Malheureusement, la guerre la plus récente a gravement endommagé le complexe alors que les Américains bombardaient. cette zone sachant que le Viet Cong l’utilisait comme une cachette, pensant à tort que l’ennemi ne toucherait pas un lieu saint.

voyage-combine-vietnam-cambodge
Sanctuaire de my son

Cependant, la majorité du complexe central a réussi à survivre aux bombes et des parties des ruines ont maintenant été reconstruites. Dans l’ensemble, ce sanctuaire hindou rappelle aux visiteurs d’autres sites similaires en Asie du Sud-Est, y compris le grand Angkor Wat au Cambodge. Une visite incontournable pour ceux qui aiment l’histoire. Vous pouvez compléter vos connaissances de la culture Champa et leur sculpture hindoue, je vous conseille vivement la visite du musée des sculptures Cham à Da Nang.

 

• Heures d’ouverture : Toute l’année de 06h30 à 17h30. Le meilleur moment pour visiter est tôt le matin avant qu’il ne fasse trop chaud et quand il n’y a pas trop de monde

• Localisation : Dans une petite vallée de la commune de Duy Tan, district de Duy Xuyen de la province de Quang Nam (à environ 70 km au sud-ouest de Danang et à 40 km de Hoi An)

Tarif: 150.000/ visiteur

• Carte de My Son

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp On discute ?