La plaine des jarres au Laos: site archéologique

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Près de 400 km séparent Vientiane de Phonsavan au Nord. Si vous vous y rendez par vos propres moyens, le trajet en bus peut être épique : presque 8h, des toutes en lacets, des arrêts réguliers pour vomissements, mais c’est très bon marché (7€). L’autre option pour visiter la plaine des jarres consiste à prendre un vol intérieur (entre 50 et 100€) et en 1h30 vous êtes à destination.

Enfin, en voiture avec chauffeur, 6h de trajet, la clim et une certaine liberté pour faire des pauses photos, repas, points d’intérêt. A vous de voir, mais je vous déconseille vraiment la 1ère option! En tout cas, ce site ne figure pas sur les circuits traditionnels, vous serez loin du tourisme de masse et passerez un moment rare ici, hors des sentiers battus.

C’est un site archéologique qui s’étend sur près de 1000 km2, dont seules certaines parties sont accessibles. En effet, en découvrant la plaine des jarres, vous allez mettre le pied dans une zone qui a vécu de lourds épisodes de destruction ! Tout d’abord au 19ème siècle par les invasions chinoises et vietnamiennes, puis au 20ème siècle à cause de la guerre du Vietnam et 9 années de bombardement des villages par les Américains qui luttaient contre les communistes, et le travail de déminage n’est pas encore achevé partout. Trente ans après, les organisations non gouvernementales agissent encore pour nettoyer le secteur et des habitants en sont encore victimes lorsqu’ils déterrent une munition dans leur champ.

>> Au même sujet: Vientiane, la Capitale du Laos

Que faire, que voir à la plaine des jarres ?

• L’espace de la plaine des jarres que vous visiterez est totalement sûr. Vous ne pourrez d’ailleurs accéder qu’à 3 sites situés autour de la ville, sur un total d’une soixantaine, à quelques encablures les uns des autres. N’hésitez pas à faire cette découverte avec un guide d’une agence de tourisme locale : un guide francophone sera à même de vous apporter les informations historiques et culturelles précises sur ce qui a pu se passer ici.

Comme c’est un site hors des sentiers battus, on ne trouve pas beaucoup d’explications dans les guides papier ou sur internet.
Mais pour éveiller votre curiosité, sachez que ce site unique rassemble encore plus de 2000 jarres de pierre, en granit ou en grès, et qu’aucun archéologue ne pourra vous affirmer leur origine, leur fonction. Elles remonteraient à 2500 à 3000 ans, elles sont de tailles différentes, entre 600 kg et 6 tonnes, placées sur le sol sans ordre apparent…

• Autre trace de l’Histoire dans ce secteur, l’ancienne capitale du royaume Phuan : Muang Khoun, 30 km au nord de Phonsavan. Elle a aussi été détruite lors de la guerre, en grande partie, on y découvre les ruines d’un ancien temple et son bouddha, un stuppa, et quelques autres monuments. A proximité, la grotte de Tham Piu.

• La ville de Phonsavan et ses alentours accueillent des populations de minorités ethniques telles que les Khmu, les Tai dam, les Hmong vivant dans de charmantes maisons de bois. Il est possible de leur rendre visite.

> Lire plus: Luang Prabang

Où dormir près de la plaine des jarres ?

A quelques kilomètres de la plaine des jarres, la ville de Phonsavan propose des hôtels et des maisons d’hôtes tout à fait corrects, n’hésitez pas à consulter les avis de voyageurs avant d’arrêter votre choix, ou passez par une agence de tourisme locale du Vietnam ou du Laos.

Quand venir visiter la plaine des jarres ?

La plaine des jarres se trouve en altitude au Nord-Est du Laos, il peut donc faire froid à 1500m d’altitude.
Lors de la saison des pluies, entre avril et octobre, les accès aux sites 2 et 3 sont difficilement accessibles par tuk-tuk. D’autres options existent, ce n’est pas un obstacle pour visiter la plaine des jarres, mais il fait très chaud et moite, ce n’est pas le plus agréable pour visiter un site naturel.
Privilégiez donc la saison sèche, les températures sont plus raisonnables le jour mais prévoyez tout de même de quoi vous couvrir pour les zones d’altitude, même la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp On discute ?